Forum RPG
 

Partagez|
MessageSujet: Les Religions Mar 21 Fév - 17:01
Admin

Les Cultes



Préambule -
Important de garder un peu d'espoir et c'est souvent par les religions que cela passe.
Découvrez donc celles qui unissent les cœurs et parfois les hommes !



LE CULTE DE MELITELE -


Le culte de Melitele est certainement l'une des plus anciennes religions qui soit. C'est un amalgame des croyances archaïques et préhumaines vouées à diverses déesses des moissons, de la fertilité et de l'amour, également protectrices des fermiers, des récoltes et des femmes enceintes. En leur temps, toutes ces religions se fondirent en une seule, le culte de la Grande Matrice, Melitele.
Melitele



Contrairement aux anciennes religions, qui avaient généralement perdu de leur influence au fil du temps jusqu'à se limiter à quelques temples locaux et une poignée d'autels oubliés de tous, le culte de Melitele n'a jamais manqué d'adeptes et reste populaire et respecté. Comme la nature, elle apporte la paix et l'équilibre à tout ce qu'elle touche. Ce culte est très proche dans l'esprit de la foi des druides, le naturel et l'harmonie sont inhérents aux deux fois. Mais l'engouement pour le culte de Melitele est sans doute dû à sa grande tolérance et de son ouverture d'esprit, mais aussi parce que son enseignement inclut une bonne quantité de savoir pratique fort utile. En effet, loin des doctrines rigides caractérisant tant d'autres religions - et loin de l'enrichissement personnel des prêtres, bien sûr. - la notion d'entraide n'est pas une utopie bien au contraire. D'ailleurs les prêtresses de Melitele prêchent la paix et l'amour et ont ouvert un grand nombre d'hôpitaux et d'orphelinats afin d'y recevoir et y aider le plus grand nombre de nécessiteux.

La déesse est adorée sous ses trois formes : la demoiselle, la mère et la vieillarde. Et bien des sculptures ou des tableaux la représentant sous ses apparences diverses. L'un des centres du culte de Melitele est le complexe de temples et de cloîtres situé non loin de la ville d'Ellander, capitale du duché du même nom au nord-est de Temeria. Son temple est un refuge pour tous ceux qui souffrent. C'est un endroit où vous pouvez toujours profiter de la paix et de la sécurité, un endroit où vous serez toujours aidé et où on ne vous demandera aucune compensation pécuniaire. Mais vous pouvez toujours faire un don...

Ce complexe administré par la prêtresse Nenneke, est réputé pour la qualité de son école. Ceux qu'on y sont envoiés pour devenir élèves (surtout des enfants) ne sont pas forcément destinés à l'ordination, mais certains deviennent effectivement des novices entre 14 et 15 ans. On y enseigne la lecture, l'écriture et les bases de l'arithmétique. Les meilleurs élèves étudient également la philosophie, l'éthique, l'histoire ainsi que la biologie, la botanique, la médecine ainsi que les arts de la guérison. Les adeptes acquièrent également des connaissances générales sur le monde. La cérémonie de clôture du noviciat, associée à l'admission au sacerdoce de Melitele, est organisée chaque jour de Birke soit l'équinoxe de printemps, le 21 mars.

Les jeunes prêtresses reçoivent alors de l'abbesse de nouvelles robes et de nouvelles tâches ; Habituellement elles s'occupent des communautés rurales ou font leur service dans un des temples. Beaucoup d'entre eux voyagent dans le monde en tant que sages-femmes ou guérisseurs spécialisés dans les maladies des femmes et des enfants, comme druidesses errantes, enseignantes et gouvernantes. La religion tolère aussi les mages. Toutefois, les intérêts de ses ministres sont loin de la politique. Et de règle générale, ce sont les femmes qui servent Melitele.






LE CULTE DE KREVE -


Kreve est un des dieux du panthéon du Nord et son culte est populaire dans certains de ces royaumes et surtout à Kaedwen, en Redania et à Holopole.

Kreve est une sorte de père de ciel ou le dieu de tonnerre. Un dieu expansif,
Kreve


associé à des attributs tels que l'action décisive, l'énergie, le pouvoir, la spontanéité, l'ingéniosité, l'expansion (en tout sens) et la défense de la propriété. Son symbole est le coup de foudre. Il est très populaire parmi les soldats, les chevaliers, les monarques, les marchands et les preneurs de risque.

Ses prêtres ne rechignent pas à prendre une certaine influence politique, ni à s'occuper des pratiques séculaires. On peut donc les trouver à la cour de certains nobles et puissants. En général, ils passent leur temps à débiter des platitudes sur l'origine divine des souverains et à rappeler à qui veut l'entendre que les dieux voient d'un bon oeil ceux qui font des dons à leurs temples. Ils adorent également faire la morale car le commandement de base des disciples de Kreve est la lutte contre le mal, comprise intérieurement, comme se défier de ses propres faiblesses, et extérieurement, quand le «mal» signifie tout ce qui menace la vie, la santé, l'âme et la propriété du peuple. C'est la raison pour laquelle les clercs de Kreve sont des exorcistes talentueux, mais aussi des opposants de mages et de cultes exotiques, païens ou sectaires comme Coram Agh Tera ou Lilith . Ils sont aussi souvent lésés par rapport aux non-humains non assimilés. Le bras militaire de Kreve, l'Ordre de la Rose blanche, fondé par Hugues de Napeys, a activement contribué à l'extermination des Vrans et à la suppression de la rébellion d'Aelirenn. Depuis lors, l'ordre a été dissout mais ses membres ont rejoint les rangs de l'ordre de la Rose Ardente qui fut fondé sur les mêmes principes.

Les disciples de Kreve sont capables de coopérer avec d'autres congrégations religieuses même s'ils ont eu quelques différents avec eux tel qu'avec les prêtresses de Melitele et sont assez proche du culte du feu éternel. est fortement associé au culte du feu éternel. Les clercs de Kreve sont les adversaires les plus véhémentes des adorateurs de Coram Agh Tera.



Représentations de Kreve:
 


LES DRUIDES -


Les origines du druidisme sont presque aussi anciennes que le culte de Melitele. Les druides, qui sont des mages, ont fondé un Ordre de "prêtres" qui ne vénèrent pas une divinité en particulier, préférant proclamer que la nature est elle-même un dieu.
Druides

Les druides ont pour rôle d'encadrer les adeptes de ce culte, mais surtout d'étudier pour découvrir les secrets de la Nature et être ainsi capables de la protéger. Ils épousent également les principes de l'équilibre, qui, croient-ils, reflètent l'ordre et l'harmonie inhérents à l'état de nature. Ce qui fait de leur foi un système aussi bien religieux que philosophique.

Leur culte se base sur des communautés locales appelées "cercles" servant d'assemblée à tous les druides d'une région donnée. Chaque cercle se préoccupe surtout de prendre soin de l'environnement naturel qui l'entoure, de conserver des lieux sacrés et, lorsque c'est possible, d'aider les habitants du coin. Le druide en chef d'un cercle donné est formelement connu sous le nom d'"hierophante" ou si c'est une femme de "flaminika".

Ils sont connus auusi pour leur défense indéfectible des espèces menacées qui les pousse à rédiger des pétitions ou des suppliques à l'adresse des souverains locaux. Vu leurs bonnes relations avec la population locale, qui en général les tient en haute estime, ces actions sont souvent couronnées de réussite. Rares sont les nobles, ou même les rois, disposés à faire face aux troubles sociaux qui s'ensuivraient s'ils osaient s'opposer ouvertement aux druides.

Les druides se réunissent toutes les pleines lunes, la nuit, dans des clairières, dans leurs cercles de pierres sacrés, afin de discuter des affaires des druides de la région. Un druide a la capacité de dialoguer avec tous les animaux terrestres et les oiseaux à volonté. Ce pouvoir ne marche cependant pas sur un animal sous l'effet d'un sort, quel qu'il soit. Les Elfes sont vus par les druides comme des alliés puissants, mais pour des raisons aujourd'hui ignorées, un Elfe n'est pas autorisé à devenir druide. Les druides entretiennent également des relations de paix avec les dryades, les gnomes et les nains même s'ils reprochent aux deux derniers de saccager Mère Nature pour s’approprier les métaux et le bois dont elle regorge.


Cercles des druides et autre lieux sacrés

  • Caed Myrkvid : forêt noyée dans le brouillard, localisée dans la région de Toussaint. Le bosquet devint le domicile d'un cercle de druides ayant fuit Caed Dhu et Loc Monduirn à Angren. Aulnes et hêtres remplissent la forêt, néanmoins dominée par un ancien chêne au cœur du bosquet.
  • cercle à Kovir :
  • cercle près de Mayen :
  • Gedyneith : Ce chêne, sacré pour tous les habitants de Skellige, est vénéré par les druides comme par les disciples de Freya. Les plus grandes cérémonies de l'île (mariages, funérailles ou couronnements) se tiennent sous ses branches.



LE CULTE DE FREYA -


La déesse Freya que l'on nomme aussi "Grande Mère" est surtout adorée dans les îles Skellige, et particulièrement sur
Freya

l'île Hindarsfjall, bien que son culte se soit récemment étendu aux régions côtières du Nord. Il est certain que les insulaires de Skellige élèvent Freya au-dessus des autres divinités et c'est une figure centrale dans leur religion.

Ils lui octroient le vénérable titre de Modron ce qui signifie "Mère" car cette déesse est la sainte patronne du foyer, de l'amour, de la fertilité et des moissons. Ce sont ces aspects qui poussent certains à croire qu'elle et Melitele la continentale ne font qu'une.

Modron Freya est également la patronne des prophétesses, des voyants, des télépathes et de tous ceux qui cherchent à sonder l'inconnu, comme le représentent ses attributs symboliques : le collier de voyance Brisingamen, le chat qui voit et entend l'invisible, et le faucon qui regarde d'en haut.

L'île d'Hindarsfjall est la demeure de la déesse à Skellige. C'est là que se trouvent ses prêtresses et son principal temple, au milieu d'un bocage sacré du nom de Hindar. Car il faut savoir que seules les prêtresses servent la déesse. En effet, les hommes peuvent l'adorer, mais seules les femmes ont le droit d'accomplir son travail. Les prêtresses de Freya, comme les ministres des autres cultes, se méfient des magiciens et des sorcières.

A part Freya, bon nombre de dieux marins sont adorés par les insulaires Skellige qui pratiquent aussi un culte des Anciens (le "culte des héros") tout comme une branche locale de druidisme. Toutes ces croyances se mêlent dans un panthéon bigarré, quoiqu'un rien chaotique. Pour la plupart des étrangers, l'approche de la religion par les insulaires semble être un embrouillamini indémêlable et seuls ces mêmes insulaires ne se perdent pas dans les méandres de leur propre foi.



LE PROPHETE LEBIODA -


Le culte du prophète Lebioda prospéra il y a environ un siècle et demi, lorsque son fondateur était encore en vie.
Lebioda

Pour autant que l'on sache, le prophète lui-même n'était qu'un simple berger qui prononçait des prêches et des sermons et racontait des paraboles sur la vie, les dieux et les hommes.

Comme il est devenu célèbre, un culte a commencé à se former autour de lui. De plus en plus de gens commencent à suivre ses enseignements et certains d'entre eux deviennent ses élèves. On le voit faire des miracles, et dans peu de temps, ses paroles et ses actes ont converti tout le duché en même temps que la duchesse Caroberta qui a commandé à la fois un temple à Beauclair et un monument sur la rive ouest de la mer Sans-retour au nord du pont de Plegmund. D'ailleurs, Lebioda lui-même visitera Toussaint au moins une fois pour entendre les prières des fidèles.

Lorsque le prophète mourut, brûlé puis dévoré par un dragon qu'il cherchait à exorciser, il avait atteint un âge avancé. Cet exorcisme était censé empêcher ce reptile de dévorer les moutons des villageois de Kaedwen. Quoi qu'il en soit, son décès fit de lui un martyr et, lorsqu'on découvrit son squelette, les ossements furent déposés dans un sarcophage à Novigrad. Et certains jours fériés, les fidèles sont autorisés à embrasser ces mêmes reliques.

Bien que ce culte ait quasiment cessé d'exister après la mort de Lebioda, ses enseignements lui survécurent, compilés et rédigés dans le Livre du Bon, une collection d’anecdotes édifiantes et d'allégories cocasses.
Lebioda n'est pas seulement vénéré par les humains, mais aussi par les nains et autres gnomes.

Représentations du prophète Lebioda:
 


LE FEU ETERNEL -


Le culte du feu éternel était initialement une histoire locale limitée à Novigrad et à ses périphéries limitrophes. Aujourd'hui, il s'est répandu dans presque tout Redania, repoussant lentement le culte de Kreve. Il a aussi un bras armé sous la forme de l'ordre de la Rose-Ardente connu pour son hostilité implacable envers les non-humains et la magie.
Feu Eternel



Malgré les apparences contemporaines, il y a moins d'un siècle, le Feu Éternel n'était guère qu'une fois certes sévère mais relativement tolérante. La flamme lui servant d'emblème était, selon le credo des prêtres, le symbole du progrès, la lumière qui dissipe les ténèbres et l'espoir d'un avenir meilleur.

A Novigrad, les autres religions étaient généralement tolérées, à l'exception de tout ce qui était blasphématoire aux yeux du Feu Éternel ou pouvait saper son autorité. Ceux qui étaient accusés de blasphème et ceux qui usaient de sorcellerie pour nuire aux autres étaient condamnés à être brûlés vifs au bûcher et un gardien du temple était chargé de mener l'enquête et d'exécuter les sentences.

Au fil du temps, alors que l'influence de cette religion ne cessait de croître, la situation se modifia. Le Hiérarque de la secte du feu Éternel nommé par un collège électoral devint de facto le gouverneur de Novigrad. A leur tour, les gardiens du temple ne furent plus qu'une agence de sécurité d'Etat ne répondant à aucune autorité séculaire. on vit apparaître des cas d'accusations clairement fausses et des procès spectacles se concluant par l'exécution de l'accusé et la confiscation de ses biens par la secte. La peur de la "magie noire" évolua peu à peu jusqu'à donner une aversion généralisée de la sorcellerie, des non-humains et finalement des sorciers eux-mêmes. On en vint à un climat de plus en plus lourd de persécution des non-humains mais aussi de tous ceux soupçonnés d'user de magie, culminant avec ces fameuses "chasses aux sorcières" au cours desquelles des centaines d'innocents furent massacrés.

Les disciples du Feu Eternel croient en la Flamme Eternelle, symbole de survie et de chemin à suivre dans les ténèbres. Pour eux, elle est un présage de progrès et de jours meilleurs à venir. Les prêtres du Feu Eternel admonestent leurs fidèles dans des temples au sein desquels une flamme brûle en permanence. Ils se caractérisent par leur fanatisme et leur dévotion absolue à leur culte.

L'histoire de la secte du Feu Eternel est donc le parfait exemple de la façon dont on peut pervertir une religion pour peu que des fanatiques en prennent les rênes et tentent de l'imposer au reste du monde. C'est une foi très agressive qui lutte contre tous les êtres anormaux tels que les non-humains, les sorcières et, bien sûr, les bêtes.


L'Ordre de la Rose-Ardente

L'Ordre de la Rose-Ardente est un ordre religieux et militaire fondé sur les ruines de l'Ordre de la Rose blanche. Confrérie de chevaliers qui a choisi de protéger Temeria et ses alentours contre les monstres et de réserver un traitement hostile à la population non-humaine, ils ne demandent pas à être payés pour leurs services ce qui soulève pas mal de question concernant l'origine de leur financement. Dans la cité elle-même, ils ont pris la charge des responsabilités autrefois réservées au Contre-espionnage de Temerie. Ils pratiquent comme religion le Culte du Feu Éternel et encourage vivement ceux qui viennent à eux à en faire de même.

Le Grand Maître à la tête de cette organisation fut longtemps Jacques d'Aldersberg, un prieur connu pour le charisme manifesté lors de ses allocutions au peuple avant sa participation à l'Ordre.
Après le soulèvement de Wyzima et la mort du Grand Maître, l'Ordre se retrouve en plein chaos. Le roi Radovid prend alors en charge l'organisation en leur offrant des terres autour de Roggeven en Redania. Dès lors, l'Ordre participe également à la «chasse aux sorcières» qui s'ensuit puis devient les gardes personnels du dit-roi.

Blason de l'ordre:
 


CULTE DE L'ARAIGNEE A LA TETE DE LION -


Le culte de l' Araignée à la tête de lion ou Coram Agh Tera est l'une des religions du continent. Le culte organise des sacrifices sanglants afin d'invoquer l'incarnation obscure de leur dieu cruel, maître de la mort soudaine et violente et les prêtresses sont connus pour être des spécialistes de la douleur, de la souffrance ainsi que leurs puissantes malédictions.
Coram Agh Tera


Les adorateurs de Coram Agh Tera, considèrent leur dieu comme le grand tisserand, celui tisse le destin des hommes dans une grande toile. La toile est constamment élargie et corrigée. Parfois, certains fils sont cassés, qui se traduit par la mort soudaine de quelqu'un. Quand on se suicide, son fil est rompu et il est dévoré par Coram. Par conséquent, il est vénéré comme le dieu de la mort soudaine et imprévisible. Ses temples sont généralement pleins d'ossements et de crânes humains et éclairés par un feu vert.

La plupart des fidèles sont des gens qui ont vécu une tragédie (comme la mort d'un être cher) ou des personnes ayant un contact constant avec la mort, qui aiment à infliger de la douleur et de la souffrance, comme des bourreaux, des soldats ou des bandits. Ils sont tous attirés par la vision du culte sur le monde, où la mort est une partie constante, et même voulue, de la réalité. Les prêtres sont tenus de garder le tissu du Coram propre en "brisant les fils" de certaines personnes.

Le culte a été fondé en 611 par un marchand nommé Ambrosio de Loredo avec huit autres fidèles. Plus tard, beaucoup plus de personnes ont rejoint le culte, la plupart des membres de la noblesse locale, pour qui la nouvelle religion était quelque chose de mystérieux et exotique. Lorsque la parole des adorateurs de Coram Agh Tera a atteint les fonctionnaires royaux et les prêtres de Kreve, une enquête a été lancée, au cours de laquelle un grand nombre de fidèles ont été torturés. Il s'est avéré que la quasi-totalité de la municipalité et les dirigeants de la plupart des guildes adoraient le dieu Araignée à tête de lion. Ambrosio et tous les membres du culte ont été capturés et envoyés sur le bûcher.

Cependant, beaucoup de disciples d'Ambrosio ont réussi à s'enfuir et à propager le culte dans tous les Royaumes du Nord. Cette fois, ils ont construit leurs temples en dehors des villes, dans les forêts, les marécages ou les vallées de montagne. Il y a peu de contacts entre les temples et aucune hiérarchie organisée n'existe. En raison de l'interdiction de leur religion dans la plupart des royaumes, les prêtres ne portent pas de robes en dehors de leurs rituels. Cependant, ils ne sont pas aussi persécutés comme ils avaient l'habitude de l'être, et dans certains endroits, ils sont même autorisés à prêcher ouvertement.

Temeria lutte pour faire disparaître la croyance en l’Araignée à tête de lion et ses fidèles sont jugés comme meurtriers car cette secte est jugée comme dangereuse.

Emblème des Coram Agh Tera:
 


CULTE DU GRAND SOLEIL -


Le culte du Grand Soleil est la religion majeure dans l' Empire Nilfgaardien depuis
Ard Feainn


la domination de l'Empereur précédant Fergus var Emreis. Le culte a ses racines dans le culte elfique de la nature. La divinité principale est le soleil - le donneur de vie et de chaleur, le protecteur de l'humanité, mais aussi capable d'être cruel et destructeur. Depuis l'édit du 8 mars, il a également été le patron de la dynastie régnante. Les fêtes les plus importantes sont l'Equinoxe et la naissance de l'ancien Empereur Emhyr var Emreis (actuellement le 26 juillet mais cela devrait changer). La cérémonie centrale dans la capitale est accomplie par l'Empereur lui-même comme Grand Prêtre, chef de la religion. Toutes les festivités sont célébrées en grande pompe, accompagnées de musique et en présence de tous les chefs, commandants et aristocrates. Après les cérémonies ont lieu, des jeux folkloriques avec une masse de nourriture et de boisson. Il est à noter que beaucoup de coutumes associées à ces fêtes viennent directement de la tradition elfique.

Au cœur du culte est la masculinité prédominante. Ceci explique le fait que les principaux postes sacerdotaux dans la hiérarchie du culte sont occupés par des hommes. Les prêtres portent des robes blanches brodées d'or et d'argent lors des services de culte, des festivités et des fêtes. En tant que civil, ils portent des robes noires.

Le culte du culte est concentré dans tout Nilfgaard (sauf à Metinna) mais surtout dans sa capitale ainsi qu'à Cintra. Il obéit aux chefs du culte d'autres états, dans lesquels le culte s'est répandu. Toutefois, le culte de l'Éternel Feu le considère comme une menace et le considère comme une hérésie.

Représentation des prêtres du Ard Feainn:
 

avatar
Messages : 55
Date d'inscription : 19/09/2016
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://wiedzmin.forumactif.com
Admin
Les Religions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Islam en prison: le rapport qui pointe les discriminations
» Argent public et religions
» Le don d'organe.
» à quoi servent les parrains et marraines ?
» Je suis Charlie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wiedzmin :: Histoire du Monde :: Curia Regis - :: Grimoire des Temps Passés-
Sauter vers: